Breaking News :

mardi 11 août 2020

Stade multisport de Japoma : Quel gâchis !!!!


C’est le deuxième stade construit durant la même période  dans la ville de Douala après celui de la réunification dont le montant de la  réfection est estimé à près de 40 milliards de FCFA. Le coût de ce projet évalué à plus de  160 milliards de FCFA incluait 20 milliards de surfacturation sur le crédit export turc, un avenant de 30 milliards exigé par le constructeur, 24 milliards de FCFA  provenant d’un prêt de BGFIBANK au gouvernement camerounais.

Autant d’argent emprunté par un état et investi dans un projet dont les effets multiplicateurs ne sont pas visibles, un projet qui  n’apportera aucun changement dans le quotidien des camerounais dans un pays qui n’a pas de championnat professionnel.

Pour construire  ce stade, malgré le chômage des camerounais, le gouvernement a autorisé l’arrivée de 800 employés turcs sur les  1.200 employés qui constituaient les effectifs ,les ouvriers  turcs payés quatre fois plus cher que les ingénieurs camerounais sur le chantier. Que ce soit le béton, le bois de coffrage, le fer, le ciment, le sable, l’essentiel de ses  produits ont été importés de Turquie au mépris des producteurs locaux.

Comment expliquer cette décision de construire deux stades omnisports pour plus de 250 milliards de FCFA dans une ville de 04 millions d’habitants où des hôpitaux manquent de respirateurs.

Le stade Koekong de Bafoussam coûte au contribuable camerounais plusieurs dizaines de millions par mois pour l’entretien, 24 arrosoirs circulaires ont été disposés ici pour arroser l’aire de jeu, un groupe électrogène 1200 KVA, des manœuvres, etc…  qu’en sera t-il de Japoma ?

Autant d’investissements non productifs d’un régime   prêt à tout pour célébrer celui qui apparaît désormais comme un monarque.

Pendant ce temps, en pleine cité capitale au quartier Dakar, depuis plus de dix ans, une seule goutte d’eau n’a plus coulé des robinets .Le cas de Douala Dakar n’était qu’un furoncle du malaise national, un paradoxe lorsqu’on sait que la ville de Douala est situé sur une nappe très riche en eau potable.

 

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.