Breaking News :

mardi 10 décembre 2019

Le MRC doit-il aller aux élections locales ?

Le SDF n’ira pas aux élections locales. Même si selon certains observateurs, une élection locale sans le NOSO avec la crise anglophone et la percée du MRC serait à l’origine, il est clair qu’en l’état actuel des choses, Paul Biya et son régime contrôlent toutes les institutions impliquées dans le processus électoral.

Et le MRC alors…

Le régime Biya a ignoré toutes les recommandations des sociétés civiles, partis politiques (MRC) et les partenaires internationaux sur la modification du code électoral, et a décidé selon son agenda la convocation du corps électoral pour une élection en Février.

Le MRC aurait-il la capacité nécessaire lors de ces élections pour renverser le rapport de force en exposant le régime aujourd’hui paria qui n’écoute plus personne ?

Le cas Mamadou Mota

Prisonnier des élites du grand nord, Mamadou Mota est le symbole de la résistance et de l’éveil des consciences des populations du grand nord, principalement chez les montagnards qui représentent un pourcentage trop considérable  l’électorat au Cameroun.

Une élection locale dans le grand nord avec Mamadou Mota en prison réduirait les chances du MRC d’avoir la majorité au parlement. Quel serait donc le sens de la résistance si elle est incapable de changer de système ? Aussi merveilleuses qu’elles étaient les reformes économiques de Deng Xiao Ping, il a attendu prendre le contrôle du parti communiste avant de les implémenter.

Comment le régime récupère la mobilisation autour de  Kamto à Ngouache

La fin de la semaine dernière, alors qu’il se rendait à Bafoussam pour un hommage aux victimes de l’éboulement de Ngouaché, Maurice Kamto a été accueilli en héros. Ceux qui quelques mois  disait que l’Ouest a tourné le dos à Maurice Kamto, ont tout de suite changé de discours .Pour le régime Biya, Maurice Kamto du MRC faisaient le bain de foule parce qu’il se trouvait sur son bastion, Yaoundé essaye de faire passer le MRC pour un parti régionaliste et communautariste, d’où le piège tendu par le régime pour les prochaines échéances électorales.

« Le régime Biya va s’arranger lors des élections à laisser quelques maires et députés au MRC dans l’Ouest et le Littoral pour justifier la thèse d’un parti communautariste. » explique un observateur proche du régime.

Au MRC les militants devraient faire preuve de prudence, laisser les intérêts personnels et mieux analyser si oui ou non la participation à ces élections permettra de nourrir la résistance, l’objectif étant le changement du système.  « Pour changer le système il faut Controller le parlement » conclut notre source.

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.