Breaking News :

vendredi 23 octobre 2020

HAMAN MANA LE DIRECTEUR DE PUBLICATION DU QUOTIDIEN " LE JOUR" PARLE DE LA GUERRE DES GANGS QUI FONT RAGE À LA TÊTE DU CAMEROUN ET LEURS CONSÉQUENCES NOCIVES.. LISONS : La guerre des gangs. Le vaudeville offert à l'occasion de l'élection des maires à l

La guerre des gangs.

Le vaudeville offert à l'occasion de l'élection des maires à la tête des exécutifs municipaux, prouve que les Camerounais, s'ils ne prennent pas en mains le destin de leur pays, vont végéter encore de longues décennies, entre les serres de l'organisation crypto-criminelle qui tient à ce jour, les affaires du pays.

Les affrontements observés lors de ces " élections " nous montrent d'abord que le " parti au pouvoir ", loin d'être un ensemble de personnes ayant en commun une vue sur les lendemains de notre pays, est un conglomérat d'intérêts disparates, avec pour but, la captation et le contrôle des ressources au profit d'une minorité. Dans le Chicago de Al Capone, les jeux étaient concédés à tel petit truand, le contrôle des bordels à tel autre caïd, le racket à la triade d'en face...

À la moindre anicroche, survenait la plus sanglante guerre des gangs...
Ce qui se passe sous nos yeux est ensuite la preuve - la énième- , que le discours ad nauseam des gens du pouvoir de Yaoundé sur" le respect des institutions, le patriotisme et la démocratie " est un simple somnifère, un fumigène, pour endormir les Camerounais et embrouiller les autres. Le dessein de ce pouvoir, c'est la nécessité de mettre en place et de perpétuer le système qui va permettre l'exploitation, encore, l'écrasement, toujours... Aucun mensonge, n'est assez vil, aucune supercherie n'est assez grosse, aucun viol n'est assez traumatisant, tout est bon pour parvenir à leurs fins.

Enfin, et c'est la plus inquiétante des observations, c'est que, le système n'a plus une véritable tête qui le commande. Comme les métastases d'un cancer, ont surgi ici et là, de "petits chefs", souvent bêtes et méchants, qui imposent leur volonté, sur des portions de territoire, qu'il se sont taillées grâce à un décret et à l'argent de la corruption. Sans foi ni loi, ils régentent, surveillent et punissent tous ceux qui expriment la moindre différence.

Aucune tête ne dépassera une autre! Tout le monde, couché !

Dans le plus grand cynisme, on pense que la reproduction du système passera par l'accord de circonstance que ces caporegime feront entre eux, au moment crucial où le " vieux chef" ne sera plus là.

Il faut désormais un véritable sursaut d'amour pour notre pays à ses citoyens pour échapper aux lendemains que ces triades préparent pour le Cameroun.

Haman Mana

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.