Breaking News :

mardi 11 août 2020

Me Sylvain SOUOP est mort, que son ame soit nourri au prythannée ancestral!

Peuples du Cameroun, je suis éffondrée!                                                                                                                   

Gonflée de toute la consternation, de toute la tristesse, j'ai appris avec également beaucoup d'émotion, le décès de Maître Sylvain SOUOP, membre du Conseil de l'Ordre des Avocats au Barreau du Cameroun. Jamais en ces temps de tumultes socio-politiques, un homme, un citoyen n'aura autant surpris tant par le paradoxe d'une vie faite de simplicité en même temps que de complexité.

Rhéteur de conviction et non de persuasion, Maître SOUOP entre de manière sollennelle dans l'arène de la lutte pour la démocratie par une plaidoirie devenue célèbre devant le tout nouveau Conseil Constitutionnel camerounais. Il inscrit tout simplement son nom sur le parvis de cette auguste institution sous l'ombre de l'éminent Maurice KAMTO, l'homme du 08 Octobre et conducteur en chef du train de la renaissance. Dans ce train où seule la ténacité permet aux plus durs de rester focaliser sur l'objectif, Sylvain SOUOP sera encore au four et au moulin pour sortir les hommes et femmes de la renaissance, qui las d'attendre une oreille attentive à leurs doléances, ont choisi la voie de la résistance. L'on découvrira alors Me SOUOP avec une autre casquette: excellent communicateur et surtout stratège des prétoires.

Devrait-on minimiser l'action de ce juriste de talent pour la libération des prisonniers politiques dont le plus illustres d'entre eux, le Professeur Maurice KAMTO?                                                                         Homme de conviction, Sylvain SOUOP  a pris fait et cause pour les combats de son temps; mais il s'est battu avec les armes qu'il disposait: la science juridique, la précision, la concision et l'éloquence quasi poétique avec laquelle il émettait son message d'humanisme, de liberté et de dignité de la personne humaine. Loin des joutes politiques, il a pris le courage de défendre la cause qu'il croyait noble et juste. Personnellement, je ne connaissais pas Sylvain SOUOP, mais je garde de lui le souvenir d'un homme qui aura réussi, sous l'ombre tutélaire du très respecté Maurice KAMTO, à transformer notre grand triangle national en un vaste amphithéâtre de la faculté de Droit. Mais alors, au delà de cette mort qui nous afflige tous, il nous convient de repenser notre démocratie, idéal pour lequel SOUOP était un fervent ouvrier.

Il me vient à l'esprit ce propos du politologue français Alain MADELIN: "En démocratie, il faut laisser parler les gens, même ceux qui peuvent la détruire"! Tout en saluant la mémoire du disparu, j'adresse toute ma sympathie à sa famille biologique et professionnelle, avec une pensée affective pour le Professeur Maurice KAMTO qui perd un allié de poids dans la bataille qu'il a entamé pour la libération du peuple camerounais. A présent que la place de Maître SOUOP est désormais dans nos consciences, tâchons de faire de sa présence sur cette terre des hommes une source d'histoire pour édifier les nouvelles générations!                                                                                                           


Odette KAMSU, Enseignante

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.