Breaking News :

jeudi 29 octobre 2020

Panique générale à Yaoundé après la visite de Maurice Kamto au département d’état américain, les pontes du régime redoutent des sanctions ciblées.

Les 09 et 10 Janvier 2020, Maurice Kamto a été reçu respectivement par Tibor Nagy, Mr Afrique de Donald Trump , ensuite par Kareen Baas, Mme Afrique du Congrès américain.  Tibor Nagy est présenté comme celui qui rédige tous les Tweets de Donald Trump sur l’Afrique. Quant à  Kareen Baas  elle s’était déjà fait remarquer  lors de son premier mandat. En tant que présidente des sous-comités sur l'Afrique, elle avait   œuvré pour l'élargissement de la disposition de la loi sur l'AGOA, c’est l’une des principales figures du black Caucus, le lobby des élus noirs américains.

Ces rencontres de Maurice Kamto ont sucité une vaste reaction des diplomates Americains de premier plan notemment Kelly Craft ambassadrice US à l’Onu qui a declaré après la rencontre Nagy-Trump « As some Member States violate #HumanRights and undermine the sovereignty of their neighbors, the United States and its partner nations maintain the same faith in human rights and human equality as those who signed the @UN Charter in 1945.”Ensuite la commission des affaires etrangéres au Senat , suivie de  Hermann J Cohen “I sympathize with the determination of anglophone Cameroonians to preserve their culture & way of life, but I must condemn the violence perpetrated by "Ambazonian" separatists against villages, homes and civilians. It is time for a ceasefire and a serious mediated negotiation.” Enfin Tibor Nagy.

A Yaoundé, c’est la panique générale pour Paul Biya et son régime qui depuis le début de la crise aurait tout cédé  à la France pour acheter son soutien face à un people qui demande un dialogue sur la forme de l’état.

Alors que son agenda prévoyait une visite aux USA et au Canada du 02 au 06 Février 2020 après le meeting de Paris, peu avant les élections locales, Maurice Kamto a surpris les pontes du régime  par sa visite au département d’état. « Une visite hautement symbolique qui vient relancer l’espoir de tout un peuple qui ne rêve que du départ de Paul Biya et ses collaborateurs. » explique le politologue Jean Bogné qui pense que la prochaine étape sera les sanctions.

Parlant des sanctions, Maurice Kamto les avaient annoncé depuis Décembre 2018. « Les dirigeants civils poussent l'armée à faire des choses absurdes » précisait Maurice Kamto  avant de poursuivre « au-dessus de la justice camerounaise il y a la justice internationale, dont la CPI, (Cour Pénale Internationale. »

Aveuglé par le soutien de la France, les dirigeants civils se croyaient tout permis

Emmanuel Macron aurait financé pour le recrutement des soldats engagés dans la guerre au  NOSO à travers un prêt sans intérêt de 100 millions d’Euro, ceci au moment où les USA et l’Allemagne suspendaient une grande partie de leurs aides militaires au Cameroun. Le soutien sans faille de Paris à Biya a rassuré le régime sur l’impunité face aux atrocités dénoncées que ce soit dans la crise post-électorale comme sécuritaire. Pour Achille Mbembe  la position française  est une conséquence du rapport de force actuel. «…  tant qu'il n'y a aucun mouvement puissant organisé de façon autonome, la France choisira le camp le plus puissant qui est, pour le moment, M.Biya», expliquait il y a un an l’historien Achille Mbembe. En général, la France soutien ceux qui contrôle les appareils répressifs de l’état, leur apporte la crédibilité internationale pour en retour avoir la main mise sur les ressources.

« Who is going to stop France from protecting her slave colonies in Africa?  People are being killed everyday in SC. We need real action to stop it.” Peut-on lire sur la toile.

 

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.