Breaking News :

lundi 03 août 2020

Résultat du scrutin: L’ambassade de France tente de sauver Paul Biya


(Article rédigé une semaine après l’élection présidentielle le 17 Octobre 2018)

En abordant la présidentielle de 2018 sans bilan économique positif, ajouté à cela la crise dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest, le régime du président Biya a misé sur la corruption de l’Elite politique, administrative, intellectuel et religieuse pour ‘’ séduire’’ le peuple selon les propos de Jacques Fame Ndongo, secrétaire national à la communication du RDPC, parti du président Biya.

"Lorsque votre partenaire financier vous lâche à la veille de l’élection, il est claire qu’il vous signifie poliment qu’on ne veut plus de vous." Lâché par la Chine qui depuis Novembre a cessé de décaisser pour le compte du Cameroun après les scandales de corruption et détournements dans les projets au Cameroun, les dirigeants à la veille des élections sont retournés vers la France dans le but de préparer comment gérer l’après élections.

Thibault sur les traces d’Yvon Omnes

Yvon Omnes est au Cameroun depuis 1984 en tant qu’ambassadeur de France. Son agilité sera remarquable lors de l’élection présidentielle de 1992 et la reconnaissance rapide par la France de la victoire de Paul Biya augmentera son capital sympathie aux yeux du président Biya qui a fait du diplomate français son conseiller spéciale, il a son bureau au palais présidentielle depuis sa retraite il y a plus de 15 ans.

Le nom d’Yvon Omnes a plusieurs fois été prononcé pour la présidentielle de 2018, fidèle du président Biya, avec l’ambassadeur de France et Vincent Bolloré, les trois serait au cœur d’un holdup électoral au Cameroun.

Une semaine après la présidentielle de 2018, le Cameroun se prépare à rentrer dans la phase du contentieux post électoral. Alors que la tentions est à son comble au vu des agissements du régime, interdiction des conférences de presses, irruption da s les domiciles des opposants politiques , intimidations ,arrestation arbitraires, tous les indicateurs laissent penser à un soulèvement populaire si le régime après des fraudes massives avérées s’entête à maintenir au pouvoir le président Biya, âgé de 86 ans, à la tête de l’Etat depuis 36 ans.

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.