Breaking News :

lundi 26 octobre 2020

Cameroun: vers une réforme du système électoral

Selon des sources dignes de foi, une réforme du code électoral pourrait être soumise à l'Assemblée nationale dans les jours qui viennent. Cette évolution legislative dont rien ne filtre des contours pourrait expliquer les sorties de Cabral Libii et Joshua Osih ce jour. Histoire de ne pas laisser l'exclusivité du bénéfice politique de cette occurrence au Mrc Renaissance qui a joué très gros en ne déposant pas les dossiers de candidatures pour le double scrutin du 9 février prochain. Le parti du challenger du président Biya a la dernière présidentielle a plutôt appelé au boycott de ces scrutins, suscitant l'ire de ceux qui n'avaient pas suffisamment entendu le propos de son leader au sortir de la prison en octobre dernier. Ni même les déclarations de son allié Christian Penda Ekoka il y a 2 semaines dans "La Vérité En face " de Équinoxe TV.

Devant ses supporters venus l'accompagner à son domicile à sa sortie de prison le 5 octobre 2019, M. Kamto avait eu ces propos lourds de signification:" comment pouvons-nous arrêter la résistance alors que les raisons qui nous y avaient poussé sont encore toutes valables?". La réaction du Rdpc tout autant que le gouvernement avait été assez violente. Tandis que le Sg Jean Nkuete et le Mincom René Sadi l'accusèrent de menacer la paix civile, les autorités administratives avaient engagé toutes sortes de mesures et manoeuvres pour empêcher ses militants et leaders d'exercer leurs activités politiques aussi aussi bien à Ebolowa qu'à Yaoundé ou Douala. Pis, à l'occasion de la constitution des dossiers de candidatures, les autorités administratives et municipales ont multiplié les entraves pour limiter la participation desdits militants.

Dans une sorte de parfait leurre, M. Kamto qui a annoncé dès sa sortie de prison que son parti participerait aux élections, a attendu la toute dernière journée de clôture légale des dépôts des dossiers de candidatures pour annoncer le retrait de son parti. Une annonce qui coïncidait avec le début dès le lendemain d'une mission multipartite UA/OIF/Commonwealth au Cameroun dans le but "d'assister ce pays membre de résoudre les problèmes politiques et sécuritaires" qui y durent. Au même moment, arrivait dans nos murs à Yaoundé une mission de la Commission européenne dont le parlement avait exhorté le Cameroun en avril dernier de réformer le système électoral avant toute nouvelle élection.

#AGA

 

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.