Breaking News :

mercredi 12 août 2020

CAN 2021 AU CAMEROUN : VERS UN AUTRE GLISSEMENT DE DATE.

Initialement prévue pour se tenir comme en Egypte, c'est à dire entre Juin et Juillet, la CAN 2021 que devrait en principe abriter le Cameroun, pourrait connaître un autre glissement de date.

En effet, pour cause de météorologie, la CAF, soucieuse d'une organisation réussie à tous les niveaux, veut se donner un maximum de chance de faire de cette compétition; la deuxième sous Ahmad Ahmad, un événement à faire oublier le quasi fiasco, notamment populaire, d'il y a deux ans en Égypte. Juin et Juillet étant les mois de grandes pluies en Afrique centrale et au Cameroun particulièrement, le risque de voir de nombreux spectateurs être découragés de se rendre dans les stades parce que la pluie battant son plein un jour de match effraie la CAF.
S'il n'y avait eu que cette seule raison, je comprendrais le souci de la Confédération Africaine de football de voir les stades camerounais remplis. Sauf que, évoquer ce seul prétexte pour justifier ce report de date serait trop léger à mon goût; parce que quoi qu'on dise, les camerounais sont mordus de foot et rien, pas même un ouragan, ne saurait les empêcher d'aller voir se produire sous leur nez les Mané, Salah, Marhez, Onana et toutes ces stars du football africain. Non, la raison est toute autre.


La FIFA, il y a peu, a décidé de supprimer la coupe des confédérations pour la remplacer par la coupe du monde des clubs. La nouvelle formule se tiendra très exactement aux mois de juin/juillet. Elle regroupera, comme son nom l'indique, les meilleurs clubs des cinq confédérations. La nouveauté sera que pour l'Afrique, par exemple, il ne sera plus représenté par un seul club comme cela se faisait sous l'ancienne formule de cette compétition, mais plutôt par trois clubs. Les autres confédérations y seront avec, sinon le même nombre, mais sensiblement un peu plus. Naturellement, l'Europe, grand employeur de nos joueurs y sera avec ses meilleurs clubs du moment dans lesquels évoluent nos stars, avec légitimement l'ambition de briller. Donc, hors de question pour elle d'y aller avec un effectif amputé de ses meilleurs éléments parce que appelés à défendre les couleurs de leurs nations respectives à la CAN qui se jouerait au même moment. Le choix aurait été cornélien pour les africains qui auraient été partagés entre l'employeur (le club) et la sélection nationale. C'est donc pour les sortir de ce guêpier, que la CAF, ou mieux, la FIFA a opté pour ce glissement de date. La CAF n'avait guère le choix. Soit organiser une compétition au rabais, soit accepter cet autre glissement de date. La seconde option me semble plus réfléchie surtout qu' elle semble épouser le sentiment général des africains si habitués à voir leur compétition phare se dérouler aux mois de janvier/février. Sauf que celà pose un autre problème et pas des moindres pour la partie camerounaise: sera t-elle prête d'ici là à abriter la CAN? La question se pose ce d'autant plus que certains chantiers prévus pour être des sites devant abriter des matchs ne sont pas encore totalement achevés. Nous pensons notamment au complexe sportif Paul Biya d'Olembe où, aux dernières nouvelles les travaux étaient à l'arrêt. Or quand on sait de quelle importance est ce site pour cette CAN, il y a fort à craindre que le mois de Janvier soit trop juste pour que les travaux aillent jusqu'au bout afin que le stade Paul Biya puisse servir à ce à quoi il fut décidé de le sortir de terre... Ainsi que tous les autres chantiers qui connaissent le même sort. Prions... À très bientôt.



Georges Rim (Consultant Sportif )
Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.