Breaking News :

vendredi 25 septembre 2020

Mason Ewing : « Ma rencontre avec le Prince Albert II de Monaco a été magique » Entretien exclusif avec Cameroun Liberty

Il y a des rencontres qui changent toute une vie, qui changent tout un destin. Parti du Cameroun très jeunes après le décès de ses deux parents, Mason Ewing atteint de cécité à l’âge de 14 ans ne cessera jamais de faire parler de lui, l’aveugle qui réussit à créer le beau dans le noir à travers ses œuvres ; créateur de mode, réalisateur de cinéma, etc…vient de donner raison à Voltaire lorsqu’il disait « Les grands esprits se rencontrent ».

En 2017, Leonardo DiCaprio levait 14 millions d’Euro, « Prix de la Fondation Prince Albert II de Monaco ». Connu pour sa générosité, le Prince Albert II de Monaco a ouvert sa porte cette semaine à celui que l’on a l’habitude d’appeler l’enfant prodige, Cameroun Liberty est allé à la rencontre de Mason Ewing pour percer le mystère de cette alliance.

 

Question 1 : Bonjour Mason Ewing, une rencontre avec le Prince Albert, qu’avez-vous ressenti dès l’annonce de votre rendez-vous ?

Bonjour Albin. La rencontre avec notre Seigneur le Prince Albert a été magique. C’est quelqu’un de sympa, d’humain. Ça m’a fait plaisir parce que j’avais beaucoup entendu parler de lui en bien. Ce qu’on disait sur lui était bien fondé.

 

Question 2 : Albert de Monaco est connu pour son grand cœur et sa générosité, les milliers d’enfants à travers le monde qui vivent de votre fondation peuvent-ils comme on dit au Cameroun voir renforcer leur qualité de vies ou le nombre d’enfants après cette rencontre ?

Pour être honnête avec vous, quand j’ai été rencontré le Prince Albert, c’était surtout afin d’avoir un soutien de sa part pour ma marque de vêtements en braille. Une collection qui s’appelle Madison Color. Une marque de vêtements qui passe beaucoup de messages d’espoir et qui soutient la cause des enfants. Pour moi, c’est très important que la marque Madison Color soit toujours fabriquée avec du coton bio. Et aussi, je ne souhaite pas que cette marque soit fabriquée par des enfants. Pour moi, tous ces gamins ne sont pas venus sur cette planète pour travailler, mais surtout pour aller à l’école, s’amuser et nous apporter un beau sourire. Madison est le meilleur ami de tous les enfants. Je trouve ça génial tout ce que fait le Prince Albert pour l’écologie et les enfants dans ce monde. Avec SOS Madison International, on se bat aussi pour défendre la cause des enfants, surtout des orphelins.

 

Question 3 : Avez-vous des projets communs ?

Je pense qu’à la Principauté de Monaco, ils ont déjà beaucoup de projets. Mais que ce Monsieur au grand cœur ait décidé de me recevoir ce mardi 5 novembre et de soutenir ma marque de vêtements est un rêve, je ne saurais jamais comment le remercier. Comme je l’ai annoncé à mon rendez-vous, je compte ouvrir un siège à Monaco. Jusqu’à présent, c’est une communauté qui m’a beaucoup soutenue. Sans oublier les joueurs de football monégasques qui sont vraiment formidables. Et son neveu Louis Ducruet qui me soutient. Je ne m’inquiète pas, avec Monaco, je crois en l’avenir. Je n’en dis pas plus.

 

Question 4 : Vous avez évoqué aux sorties de votre rencontre avec le Prince de Monaco une marque très prochaine de parfum conçu par vous. Pouvez-vous nous dire un peu plus sur ces projets ?

Comme toutes entreprises, on doit avoir des idées et être créatif. Dans la marque Mason Ewing, nous allons créer deux parfums dont un que je ne souhaite pas vous en dire plus. Ce serait pour moi une manière de remercier. Le deuxième, je veux qu’il porte le prénom de mon meilleur ami, un symbole qui est très important pour moi. L’amitié, j’ai dû attendre très longtemps avant d’y croire vraiment. C’est quelqu’un qui est très important pour moi et qui apporte de la positivité dans ma vie. Avoir un meilleur ami à qui on peut se confier, pour moi c’est magique. Partout dans ce monde, on a tous besoin d’une personne sur qui on peut compter. C’est pour cela que ces deux parfums seront une reconnaissance.

 

Question 5 : Vous semblez être déçu par l’attitude de certains de vos partenaires. Qu’en est-il exactement ?

Effectivement, je suis déçu par les gens qui parlent beaucoup. J’ai l’impression qu’avoir une peau ébène et être aveugle fait peur à certaines personnes. Mais bon. Je suis en train de montrer le contraire à mes partenaires : que les personnes handicapées sont talentueuses, combatives ; elles ont juste besoin qu’on leur fasse confiance. Après, il y a des personnes qui ont toujours cru en moi comme Emmanuel Petit, Bruno Bellone, Olivier Lapidus, Arlinda Mestre, Didier Roustan, Luc Sonor, Paoline Ékambi, Louis Ducruet et maintenant le Prince Albert II. Merci à eux car ils ne s’en rendent pas compte, mais ils m’apportent beaucoup de bonheur.

 

Question 6 : Peut-on s’attendre à une levée de fond par la Fondation Prince Albert II ?

Pour cette question, je ne saurais pas vous répondre. Mais s’il y a des personnes qui peuvent faire des dons à la fondation du Prince, ça ne peut être que magnifique. Avec tout ce qu’il fait dans le monde, sa bonté, son humanité, je serais aussi ravi qu’un jour, je soutienne sa fondation. Mais pour une levée de fond, ça pourrait être intéressant, à réfléchir.

 

En tout cas, dans les mois à venir, j’irai m’installer à Monaco et après les États-Unis. C’est là-bas que j’aurai ma maison secondaire. Jusqu’à maintenant, beaucoup de monégasques ont cru en moi. Ça me réchauffe le cœur.

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.