Breaking News :

dimanche 15 septembre 2019

LA FARCE NOMMÉE TRANSITION : « Merde, quand est-ce que ces gens vont se réveiller sur le fait qu'un génocide a lieu au Cameroun? »

Il y'a une belle phrase de Karl Marx qui veut que l'histoire se passe toujours deux fois, la première fois comme tragédie, la deuxième fois comme farce. La tragédie évidemment c'est l'idée d'une transition qui avait pris forme avec Nelson Mandela, après avoir été routine sans succès avec Pascal Lissouba lors de la bataille pour chasser Mobutu.

Kabila père, qui occupait déjà la moitié du territoire avec les forces rwandaises, l'avait balayée d'un revers de la main, car il gagnait la guerre et avait les armes pour achever son boulot seul. Cette idée a été imposée à Kabila fils qui n'arrivait pas à contenir les combattants qu'étaient Bemba, et consort. Là c'est le côté francophone.

 Mubage, sandwiché par les Blancs, l'avait balayé du revers de la main, même si au final il avait accepté pour un moment comme son premier ministre Tsvangirai aujourd'hui décédé, avant d'être lui-même chassé par son propre parti/armée. Sinon cette idée avait continué de faire son chemin entretemps - par exemple au Nigeria après la mort d'Abacha, par exemple au Liberia après l'arrestation de Taylor, par exemple ici ou là.

La particularité de cette idée dans la zone anglophone, est qu'elle a toujours été portée par des anciens chefs d'Etat, ce qu'ils appellent « Sages », autonomes: Mbeki, Obasanjo, Tutu. En anglais on les appelait 'Elder Statesmen.' Ils ont fait le tour des conflits africains et se sont rendus compte en buvant le matango de vieillesse, que le problème c'est :

1) Limiter le pouvoir du dictateur

2) partager le pouvoir qui lui a été retiré à quelques dents longues, surtout jeunes.

En RDC, cela a marché un moment, et Kabila fils avait quatre (4!) vice-présidents! Vous avez bien lu: quatre vice-présidents. Qu'est-ce que ces vice-présidents-là faisaient ? RIEN.

 Personne ne demande, les Elder Statesmen sachant qu'ils ont fait leur boulot, sont rentrés chez eux. Ils n'ont sans doute pas note que dans leur dos, Bemba, un des VP-la, avait entretemps été envoyé à la CPI par Kabila, CPI qui il y'a quelques temps l'a libéré, car son dossier était vide. Pour eux quoi, fabriquer un sac de crabes nomme 'transition' est pour eux une solution à un problème, solution que d'ailleurs Ondinga était venu proposer jadis à Laurent Gbagbo aussi, on s'en souvient n'est-ce pas? Gbagbo qui sera envoyé lui aussi à la CPI par celui dont Ondinga voulait faire son VP, Ouattara, avant d'être libéré lui aussi, comme Bemba! Dossier vide.

Allons-y rapidement donc : Au Cameroun, il y'a depuis quelques mois une activité fébrile des coulissards. Leur mot code, c'est « transition », tandis que dans l'international, le rebond c'est d'une part à l'UA ou on parle soudain de ces Elder Statesmen.

Plusieurs sont édentés déjà, mais Thabo Mbeki est encore là, et Akere Muna est son ami en photo, il est encore là je disais, même si bataillant la démence, et d'autre part les USA, avec l'industrieux Tibor Nagy, qui les félicite, comme il féliciterait tout ce qui vient d'une initiative africaine, diplomate qu'il est.

Et ça s'active dans les boutiques de Yaoundé. Kah Walla qui n'a jamais plus marche depuis les élections d'octobre 2018 car c'est trop dangereux, se rappeler qu'elle marchait en 2016, qu'elle a toujours parlé de 'transition' dans son programme politique poussiéreux, sinon dans son partillon à quatre membres (CPP), sinon dans ce qu'elle a appellé Stand up for Cameroon et qui était sur FB plus que dans la rue, sinon que d'ailleurs elle a été arrêtée plusieurs fois (six fois, merde!), même si elle n'est de toute sa longue carrière politique jamais allée en prison en pleine tyrannie bulu - miracle!

Elle se rappelle que c'est elle évidemment, Kah Walla, la mère de la transition dans notre pays - reflexe vieux chez elle, de posséder toute idée que ses pairs apportent au point de rendre toute alliance avec elle impossible, y compris d'ailleurs des photos! Ca s'agite: Maitre Nkom entre dans la danse et veut trianguler la BAS - 'mes enfants'. Et bientôt on verra Sadio arriver dans la danse transitionnelle. C'est que cette idée ici se féminise, pour être séduisante.

Apres tout, Akere ne peut plus rien vendre dans ce pays, fini politiquement qu'il est- il n'a rendu visite à Kamto en prison qu'une seule fois en six mois, une fois! Bref, trop sanglante en RDC, trop ridicule au Zimbabwe, balayée du revers de la main au Zaire et puis en Côte d'ivoire par Laurent Gbagbo quand posée sur sa table par Ondinga, l’idée de transition a besoin du parfum féminin pour être même encore écoutée. Les hommes se cachent donc dans les coulisses - Akere Muna surtout, et on soupçonne Fomunyoh -, et la font revenir sur la table, a corps et à cris féminins. Ici on peut compter sur Kah Walla pour la rendre désagréable, mais qu'importe. Munich est toute donne. On ramasse quelques vieilles ardoises - Camdiac ici, et bien sur l'autre UPC-la, et surtout un résidu du CODE -, pour dans une chambre de bonne avec quelques vidéos, faire le tamtam sur la 'transition' qui revient, on fait s'y joindre Me. Simh 'à titre personnel'. Quel bledard a déjà refuse quand on lui donne un billet d'avion njoo pour mbeng?

Le problème est le suivant, et il est simple: les Ambas qui ont pris les armes, veulent, pas partager le pouvoir du tyran, mais bel et bien l'indépendance. Et ils ont les armes, et ils occupent les 2/3 du Noso, pour l'indépendance-la, j'ai bien dit, indépendance.

1) Akere a rencontré les Ambas pour la première fois de sa vie quand il a été enlevé lors du deuil de son frère, après les élections d'octobre 2018. Il a payé 10 millions de Fcfa pour sa liberté, et en a sans doute été absolument bouleverse - 10 millions d'un coup, pour financer l'indépendance des Anglophones que ni son père ne voulait ni lui ne veut en plus, merde! Or c'est bel et bien les Ambas dont certains étaient au deuil de son frère sans qu'il sache, qui ont mis le Noso dont il est originaire dans une impasse.

2) Maurice Kamto est en prison, et Akere qui était son coalitionnaire, n'a jamais signe aucune des déclarations de l'alliance embastillée qui a, pas seulement lance le mot d'ordre des Marches blanches qui a changé la donne politique au Cameroun, mais a aussi mis la zone francophone dans ce qu'on appelle une impasse.

Bref, Akere s'est distancié d’un.

2) Qui sont les problèmes politiques de notre pays au crépuscule de Biya. Le Cameroun a toujours été dirigé de manière administrative, et le père d’Akere, Tandeng Muna, était vice-président administratif. Le fils veut une transition qui créerait des vice-présidents avec des gens qui n'ont aucune force politique - les CPP, etc. - car les forces politiques dans notre pays, je répète, sont :

1) les Amba

2) Maurice Kamto.

Mieux, il veut que les Elder Statesmen imposent à Biya des vice-présidents administratifs, qui aideraient celui-ci à contenir la menace politique et armée de 1) et 2). Car c'est une évidence, et je l'ai déjà dit, Maurice Kamto ne sera pas Vice-Président de Biya, et surtout, les Amba boys ont pris les armes pour l'indépendance de la Southern Cameroons, et pas pour devenir VPs de Biya.

Je trouve quand même cette farce nommée transition de très mauvais gout - en novembre 2016, quand les avocats anglophones marchaient, Akere Muna, avocat, n'était pas aux cotes de Agbor Balla et Harmony Bobga. Même la bataille corporatiste des Anglophones, il s'était distancé d'elle, alors qu'il est avocat anglophone. Pourquoi bon Dieu croit-il qu'il pourra être le VP dont les Ambas ont besoin sous Biya? Why? Pour récupérer ses 10 millions?

Des Anglophones ont été exécutes dans le village de Kah Walla, Santa, la meilleure idée qu'elle trouve c'est se mettre en scène pour une transition de papier qui permettra à Biya de liquider les Amba boys et Kamto? De tuer 1) et 2)?

Merde, quand est-ce que ces gens vont se réveiller sur le fait qu'un génocide a lieu au Cameroun?

 

JSK.(Patrice Nganang)

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.